Trader

Drôlerie organisée
Page 1 sur 1
jules Avatar de l’utilisateur

Posts: 10555
Note: 4413

> Et on va le plaindre !


Devant sa banque, un trader gare sa Porsche flambant neuve, histoire de frimer devant ses collègues.

> > > > Au moment où il commence à descendre de sa voiture, un camion arrive à toute allure et passe si prés qu'il arrache la portière de la Porsche.

Le trader se rue sur son portable et appelle la police.
> Cinq minutes aprèsles flics sont là .

Avant même qu'un des policiers n'ait pu poser la moindre question, le trader commence a hurler

-

Ma superbe Porsche turbo est foutue. Quoi que fassent les carrossiers, ce ne sera plus jamais la même! Elle est foutue, elle est foutue!


> Quand il semble avoir enfin fini sa crise le policier hoche la tête avec dégoût et dit:

-C'est absolument incroyable a quel point vous autres banquiers, vous êtes matérialistes !

Vous êtes si concentrés sur vos biens matériels que vous ne pensez a rien d'autre dans la vie.

Comment pouvez-vous dire une telle chose en un moment pareil ?, sanglote alors le propriétaire de la Porsche.
> Le policier répond:

Vous n'avez même pas conscience que votre avant-bras gauche a été arraché quand le camion vous a heurté. Le banquier regarde son bras avec horreur et hurle:

Putain, ma Rolex !

Image
morticia Avatar de l’utilisateur

Posts: 5731
Note: 2305

:lol: :clap: :mdr:
"....En ces temps de tromperie universelle .....dire la vérité devient un acte révolutionnaire ...."
Orwell.G.
Comtesse Ô Pied Nu Avatar de l’utilisateur

Posts: 591
Note: 128

Dans une continuité pas drôle mais néanmoins dans le thème :
le sens de la vie :

Un investisseur américain se promène au bord de l'eau, dans un petit village côtier mexicain. Un bateau rentre au port, contenant plusieurs thons. L'américain complimente le pécheur mexicain sur la qualité de ses poissons, et lui demande :
- Combien de temps çà a pris pour pêcher ces poissons ?
- Pas très longtemps, répond le mexicain..
- Mais pourquoi n'êtes-vous pas resté plus longtemps pour en capturer plus ?, demande le banquier.
- Parce que ces quelques poissons suffiront à subvenir aux besoins de ma famille.
- Et vous faites quoi le reste du temps ?
- Je fais la grasse matinée je pêche un peu, je joue avec mes enfants, je fais la sieste avec ma femme... Le soir, je vais au village, voir mes amis, boire du vin, jouer de la guitare... Une vie bien remplie, quoi !

L'américain l'interrompt :
- J'ai un M.B.A. (master of business administration) de l'université de Harvard, et je peux vous aider. Vous devriez commencer par pêcher plus longtemps, et avec les bénéfices dégagés vous pourriez vous acheter un plus gros bateau. Avec l'argent que vous rapporterait ce bateau, vous pourriez en acheter un second, et ainsi de suite jusqu'à ce que vous possédiez une flotte de chalutiers. Au lieu de vendre vos poissons à un intermédiaire, vous pourriez négocier directement avec l'usine, et même ouvrir votre propre usine. Vous pourriez alors quitter votre petit village pour Mexico City, Los Angeles, puis peut-être New York, d'où vous dirigeriez vos affaires...
Le Mexicain demande alors :
- Combien de temps çà prendra ?
- Quinze à vingt ans, répond le banquier..
- Et après ?
- Après c'est là que çà deviendrait intéressant, répond l'américain en souriant. Quand le moment sera venu, vous pourriez introduire votre société en bourse, et vous gagnerez des millions !
- Des millions ? Mais après ?
- Après vous pourrez prendre votre retraite, habiter dans un petit village côtier, faire la grasse matinée, jouer avec vos petits enfants, pêcher un peu, faire la sieste avec votre femme et passer vos soirées à boire et à jouer de la guitare avec vos amis...
jules Avatar de l’utilisateur

Posts: 10555
Note: 4413

Comtesse Ô Pied Nu a écrit : Dans une continuité pas drôle mais néanmoins dans le thème :
le sens de la vie :

Un investisseur américain se promène au bord de l'eau, dans un petit village côtier mexicain. Un bateau rentre au port, contenant plusieurs thons. L'américain complimente le pécheur mexicain sur la qualité de ses poissons, et lui demande :
- Combien de temps çà a pris pour pêcher ces poissons ?
- Pas très longtemps, répond le mexicain..
- Mais pourquoi n'êtes-vous pas resté plus longtemps pour en capturer plus ?, demande le banquier.
- Parce que ces quelques poissons suffiront à subvenir aux besoins de ma famille.
- Et vous faites quoi le reste du temps ?
- Je fais la grasse matinée je pêche un peu, je joue avec mes enfants, je fais la sieste avec ma femme... Le soir, je vais au village, voir mes amis, boire du vin, jouer de la guitare... Une vie bien remplie, quoi !

L'américain l'interrompt :
- J'ai un M.B.A. (master of business administration) de l'université de Harvard, et je peux vous aider. Vous devriez commencer par pêcher plus longtemps, et avec les bénéfices dégagés vous pourriez vous acheter un plus gros bateau. Avec l'argent que vous rapporterait ce bateau, vous pourriez en acheter un second, et ainsi de suite jusqu'à ce que vous possédiez une flotte de chalutiers. Au lieu de vendre vos poissons à un intermédiaire, vous pourriez négocier directement avec l'usine, et même ouvrir votre propre usine. Vous pourriez alors quitter votre petit village pour Mexico City, Los Angeles, puis peut-être New York, d'où vous dirigeriez vos affaires...
Le Mexicain demande alors :
- Combien de temps çà prendra ?
- Quinze à vingt ans, répond le banquier..
- Et après ?
- Après c'est là que çà deviendrait intéressant, répond l'américain en souriant. Quand le moment sera venu, vous pourriez introduire votre société en bourse, et vous gagnerez des millions !
- Des millions ? Mais après ?
- Après vous pourrez prendre votre retraite, habiter dans un petit village côtier, faire la grasse matinée, jouer avec vos petits enfants, pêcher un peu, faire la sieste avec votre femme et passer vos soirées à boire et à jouer de la guitare avec vos amis...



C'esdt formidable "l'Américan Way of life" :ptdr2:

Au bout.. ça donne ça !

Image
Image
Image
Page 1 sur 1

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)