Questions existentielles - page 245

Pour se reposer quelques minutes
photos Avatar de l’utilisateur

Posts: 6995
Note: 198

Le classement des villes les plus honnêtes du monde
OuestFrance
Une étude a classé 75 villes selon différents critères (transparence des autorités locales, vols, civisme des habitants) pour déterminer leur degré d’honnêteté. Zürich en Suisse arrive en première position, et Lille est la métropole française la mieux classée (37e).

On sait désormais quelles sont les villes les plus honnêtes au monde, grâce à une nouvelle étude menée par Twinner, société spécialisée dans l’analyse de données de véhicules. Et les métropoles françaises ne figurent visiblement pas en bonne position…

Pour ce classement, cette start-up allemande s’est focalisée sur 75 villes de renommée mondiale et dont les données étaient disponibles. Plusieurs critères ont été retenus pour cet « index des villes les plus honnêtes », dont le civisme des habitants, le nombre de vols, la transparence des autorités locales ou encore la confiance accordée aux concessionnaires automobiles…

Paris au fond du classement, Lille en tête des villes françaises

Sur le podium, Zürich (Suisse) arrive en première position, suivie de près par Tokyo (Japon) et Adélaïde (Australie). Si d’autres villes européennes figurent en bonne place dans le top 10, ce n’est pas le cas des métropoles françaises.
Quatre villes de l’Hexagone sont listées dans ce classement : Lille (37e), Lyon (49e), Toulouse (55e) et Paris (69e). Mais si on regarde plus spécifiquement certains critères, par exemple le civisme des habitants, les villes françaises remontent légèrement : Lille grimpe à une belle 20e place tandis que Lyon arrive en 37e position.

La métropole du Nord se place cependant à une très moyenne 56e position en ce qui concerne la perception des vols dans la ville par ses habitants, ainsi qu’à la 44e place pour la transparence de la vie publique, tout comme Lyon et Toulouse, le classement se basant sur des données nationales pour ce critère.

Cette étude n’a cependant pas vocation à être exhaustive, comme l’explique Twinner. 350 villes étaient sélectionnées à l’origine, mais la liste a été réduite à 75 métropoles pouvant être évaluées avec des critères identiques.

Certaines villes ont été exclues, par exemple en Chine, en Inde ou en Amérique latine, simplement en raison du manque de données comparatives.

« Cet index n’est pas conçu pour dévoiler les villes les moins honnêtes. Nous n’avons aucune intention de pointer du doigt certaines villes, mais plutôt de féliciter celles agissent bien », souligne Twinner.

Le classement des villes les plus honnêtes ci-dessous (avec les scores)

1. Zürich (100)

2. Tokyo (96,6)

3. Adélaïde (94,9)

4. Phoenix (94,3)

5. Hambourg (93,1)

6. Amsterdam (93,1)

7. Munich (92,9)

8. Copenhague (92,1)

9. Édimbourg (91,4)

10. Brisbane (91,1)



37. Lille (87,8)

49. Lyon (86,3)

55. Toulouse (85,1)

69. Paris (80,4)



75. Madrid (74,9)
Image
photos Avatar de l’utilisateur

Posts: 6995
Note: 198

photos Avatar de l’utilisateur

Posts: 6995
Note: 198

Yonne : Elle perd les eaux pour la deuxième fois dans le train, le même contrôleur l’assiste
20Minutes
INSOLITE Une mère de famille qui avait perdu les eaux dans un TER il y a deux ans, dans l’Yonne, a de nouveau perdu les eaux dans le train en compagnie du même contrôleur

Une femme âgée de 27 ans a perdu les eaux dans un train entre les stations de Pont-sur-Yonne et Sens, dans l’Yonne, ce mardi, rapporte France Bleu Auxerre. Deux ans plus tôt, cette mère de famille avait également perdu les eaux sur cette ligne de TER. Fait insolite : le contrôleur du train a été témoin de ces deux événements.

Alors qu’elle se rendait à hôpital de Sens pour réaliser ses examens de grossesse, celle-ci a alors commencé le travail. C’est le contrôleur, un pompier volontaire âgé d’une quarantaine d’années, qui a contacté les services de secours.

« Je suis contente que ce soit encore vous »
Le travailleur a alors passé une annonce pour demander à tout médecin présent à bord de venir en aide à cette femme. Quelques instants plus tard, il a compris qu’il s’agissait de cette même passagère qui avait perdu les eaux deux ans auparavant.
« Sur le coup, […] je me dis que je vais quand même essayer de prendre les constantes », explique-t-il à la radio locale. Puis « on a commencé à entamer la discussion […] et elle m’a même dit : "Je suis contente que ce soit encore vous parce que la première fois ça s’est bien passé" », ajoute-t-il. La mère de famille avait donné naissance à une petite fille. Cette année, il s’agit d’un petit garçon.
Image
photos Avatar de l’utilisateur

Posts: 6995
Note: 198

Chine : elle achète un iPhone à 1.300 euros et reçoit à la place un yaourt à la pomme
RTL
Une Chinoise avait payé 1.300 euros pour un iPhone neuf, mais a reçu dans son colis un yaourt à la pomme.
Acheter un iPhone neuf n'est pas un mince investissement. Une consommatrice chinoise s'est fait un petit plaisir en s'offrant sur le site d'Apple un iPhone 12 Pro Max pour la bagatelle de 10.099 yuans, environ 1.300 euros. Alors quand elle ouvre son colis enfin livré et y trouve un yaourt à la pomme, ça lui reste en travers de la gorge.


Dans une vidéo postée sur le réseau social Weibo, l'acheteuse explique sa mésaventure et celle-ci suscite de nombreux commentaires, au point de déclencher une enquête de la part d'Apple mais aussi du côté du transporteur Express Mail Service (EMS), indique Global Times relayé par Ouest France. Très vite, la piste du vol est privilégiée par la police et 12 jours après l'achat (le 16 février), un homme est arrêté, dimanche 28 février.

Devant les enquêteurs, le suspect âgé de 31 ans reconnaît qu'il a travaillé en intérim pour EMS entre le 6 et le 18 février, et selon Global News il a reconnu être l'auteur du vol en question.
Image
photos Avatar de l’utilisateur

Posts: 6995
Note: 198

Pourquoi le premier tweet de l’Histoire pourrait être vendu plus de 2 millions d’euros ?
OuestFrance

Depuis peu, des œuvres purement numériques et des biens virtuels en tout genre s’arrachent à prix d’or. Symbole de ce nouvel engouement digital, le fondateur du réseau social Twitter Jack Dorsey vient de mettre en vente aux enchères son premier message posté en 2006. Cinq mots qui pourraient se vendre plus de deux millions d’euros. Explications.
C’est le premier tweet de l'histoire jamais publié, écrit et posté en 2006 par Jack Dorsey, créateur du réseau social Twitter. Aussi insolite que cela peut paraître, vous pourriez vous payer ces cinq mots. Du moins si vous faites partie du club restreint des millionnaires. Ce simple message « Je crée mon compte twttr », datant du 21 mars 2006, vient d’être mis aux enchères pour un peu plus de 2 millions d’euros, sur la plate-forme « Valuables ».


Une nouvelle façon de collectionner

Cette démarche surprenante n’est pas inédite. Depuis quelques mois, les créations purement numériques suscitent de plus en plus l’engouement. Rendus aussi infalsifiables qu’authentiques par la technologie Blockchain [sorte de registre public en ligne qui recense toutes les transactions dématérialisées, Ndlr], qui a fait le succès du Bitcoin, ces biens ou œuvres virtuels se vendent sur le marché de l’art à prix d��or.

Ce tournant numérique dans le monde des enchères a démarré en 2018 avec le Portrait d’Edmond de Belamy. Réalisé par un algorithme du collectif français Obvious, cette œuvre a créé la sensation chez Christie’s en se vendant aux enchères 390 000 euros, soit 45 fois son estimation de départ.
Deux ans plus tard, ce nouveau marché de l’art numérique enregistre des records. Début mars, l’artiste canadienne Grimes et son frère Mac Boucher a vendu en dix minutes dix œuvres numériques pour 4,9 millions d’euros.

Encore en cours, la première vente enchères de ce type chez Christie’s pour Everydays — The First 5 000 Days, une fresque d’images créées et publiées tous les jours par l’artiste Mike Winkelmann, connu sous le pseudonyme Beeple pendant 13 ans, pourrait battre des records. À trois jours de la fin des enchères, celles-ci dépassent déjà les trois millions d’euros.
Des enchères 2.0 en tout genre

Mais ces crypto-enchères dépassent le monde de l’art. Une séquence vidéo, un site internet, un gif… Depuis quelques mois, d’autres biens virtuels en tout genre prennent beaucoup de valeur. Dans le monde du sport par exemple, depuis le début de l’année, la plateforme NBA Top Shot réalise par exemple des ventes records auprès des collectionneurs en cédant des clips de basket certifiés. Celui d’une dizaine de secondes montrant une action spectaculaire du basketteur Lebron James est parti à environ 170 000 euros.

D’autres créations numériques trouvent aussi preneur à l’instar de Nyan Cat, le célèbre gif montrant un chat sur un arc-en-ciel, qui s’est vendu aux enchères près de 490 000 euros. Les célébrités ont flairé aussi le bon coup comme Lindsay Lohan qui a troqué son portrait numérique pour un peu plus de 8 400 euros.

Il n’y a donc rien d’étonnant à voir les usagers des réseaux sociaux investir aussi ce marché, à l’image du fondateur de Twitter Jack Dorsey.
Certifié comme unique

Mais quel est l’intérêt de se payer des biens que tout le monde peut voir et télécharger ? Tous sont vendus en tant que « Non-Fungible Token » (jeton non-fongible), abrégé en NFT. Une sorte de certificat d’authenticité qui permet d’assurer que l’on est bien propriétaire d’une œuvre numérique, et de suivre son historique de vente.

La plateforme Cryptoart.io, qui recense les transactions effectuées sur les plateformes de vente d’art numérique, a recensé 91 millions d’achats d’œuvres numériques avec NFT en février seulement. C’est près de trois fois plus que tout ce qui a été cédé depuis 2018 quand ces plateformes ont été lancées, relaye le magazine québécois l’Actualité .

« Ce sont des actifs numériques uniques existant sur la blockchain et pouvant représenter n’importe quel autre type de produits, qu’ils soient virtuels – tels que des images ou des vidéos – ou bien réels, comme des peintures et des biens immobiliers », précisait récemment Nadya Ivanova, de L’Atelier BNP Paribas, filiale indépendante de la banque française spécialisée en recherche et prospective, sur France 24.

Un simple « droit de se vanter »

L’acheteur devient ainsi propriétaire d’une œuvre ou peut constituer une collection dont tout le monde peut profiter. Il n’a en revanche pas la main de dessus : il ne peut pas la détruire ou l’effacer. « Les acheteurs n’acquièrent donc ni les droits d’auteur, ni la marque, ni même la propriété exclusive de ce qu’ils achètent », mais un simple « droit de se vanter » et l’assurance que leur copie est « authentique », analysait récemment le New York Times . « Vous achetez une émotion », a de son côté expliqué au quotidien américain un investisseur.

Pour les artistes, cela leur offre un nouveau mode de revenus. Mais pour Jack Dorsey ? On ignore encore ce qu’il fera de l’argent de la vente de son tweet. Mais les bénéfices pourraient profiter à beaucoup de monde. Pour rappel, l’an dernier, le patron du réseau social a fait don d’un milliard de dollars, soit 28 % de sa fortune, pour lutter contre le Covid-19. Des fonds qui, une fois la pandémie éteinte, resteront disponibles pour financer l’éducation et la santé des filles ainsi que le revenu universel.
Image
photos Avatar de l’utilisateur

Posts: 6995
Note: 198

photos Avatar de l’utilisateur

Posts: 6995
Note: 198

Italie : Une grand-mère aide à démanteler un trafic de drogue mafieux en voulant aider son petit-fils
MAFIA Dix-huit personnes ont été interpellées grâce à l’appel à l’aide de la vieille dame

20 Minutes
Une grand-mère a aidé à démanteler un réseau mafieux de trafiquants de drogue en Calabre ( Italie). Dix-huit personnes soupçonnées d’être impliquées dans ce trafic ont été arrêtées au cours d’une opération.

« Cette grand-mère s’est adressée aux carabiniers pour leur demander de sauver son petit-fils », a indiqué ce mercredi le commandant des carabiniers de Cosenza, une ville de Calabre. La vieille dame n’en espérait pas tant et souhaitait simplement aider son petit-fils à mettre fin à sa consommation de drogue.
Une puissante famille mafieuse derrière les barreaux
Le trafic de drogue démantelé était lié au clan Muto, une des familles appartenant à la 'Ndrangheta, la redoutable mafia calabraise, considérée comme l’une des plus puissantes au monde. Le groupe criminel était également impliqué dans l’extorsion de fonds visant des entrepreneurs du secteur du tourisme. Une des victimes avait demandé l’aide de la police.

« Ces gens ont souffert de l’arrogance de ces criminels qui leur demandaient de l’argent », a commenté le procureur anti-mafia Nicola Gratteri, magistrat principal dans un procès de grande ampleur contre la 'Ndrangheta comprenant plus de 300 accusés. Le procureur a précisé qu’une partie de l’argent extorqué avait été versée aux membres du clan en prison et à leurs familles.
Image
photos Avatar de l’utilisateur

Posts: 6995
Note: 198

Après son vaccin anti-Covid, l’octogénaire se voit prescrire des câlins auprès de ses petits-enfants
OuestFrance

Confinée depuis un an à cause de l’épidémie de Covid-19 et privée de contact avec ses proches, une New-Yorkaise de 81 ans s’est fait prescrire une ordonnance peu ordinaire lui offrant le droit à un câlin à ses enfants et petits-enfants. Un soulagement et un bonheur rendus possibles par l’intensification de la campagne de vaccination aux États-Unis.
Avec l’intensification de la campagne de vaccination contre le Covid-19 aux États-Unis, certaines restrictions commencent à s’alléger. Et c’est un vrai soulagement pour certains Américains. En témoigne Evelyn Shauw. Cette octogénaire new-yorkaise a passé un an en confinement, privée de tout contact rapproché avec ses enfants et petits-enfants. Une vraie souffrance pour elle.

Heureusement, elle vient de recevoir sa deuxième injection du vaccin contre le Covid-19 et va pouvoir souffler, retrouver un peu de joie de vivre et rompre avec la solitude qui lui sapait le moral.

Câlins autorisés

Mais l’idée de retrouver une vie normale après cette année difficile la rendait, malgré tout, extrêmement nerveuse. Du coup, pour la rassurer, sa médecin généraliste a décidé de lui prescrire une ordonnance peu ordinaire. Elle lui a donné l’autorisation de faire un câlin à sa fille, Jessica.
es retrouvailles viennent d’avoir lieu. Evelyn a enfin pu serrer dans ses bras, sa fille et sa petite-fille. La scène de leur émouvante étreinte vient d’être partagée sur Twitter par Jessica, la petite-fille.

On y voit sa grand-mère, très émue, la serrant fort dans ses bras. Les deux femmes sont heureuses comme jamais de pouvoir se retrouver, s’enlacer et s’embrasser.
Jessica a ajouté sur Twitter que c’était le tout premier câlin de sa grand-mère depuis un an. « Merci à tous les scientifiques et aux docteurs qui ont rendu cela possible », écrit-elle.

Aux États-Unis, les centres pour le contrôle et la prévention des maladies ont publié lundi 8 mars de nouvelles directives qui donnent aux personnes, entièrement vaccinées depuis au moins deux semaines, le feu vert pour des visites à des personnes non vaccinées de leur famille sans porter de masque ni respecter de distanciation sociale.

En France, beaucoup sont impatients de pouvoir également goûter à ce bonheur.
Image
photos Avatar de l’utilisateur

Posts: 6995
Note: 198

Couvre-feu à Montpellier : Quatre jeunes hommes verbalisés après un bain nus dans une fontaine
INSOLITE Leur plouf nocturne a été filmé et diffusé sur les réseaux sociaux
20Minutes
Les riverains de la place des Martyrs-de-la-Résistance ont assisté à un spectacle des plus étonnants, samedi, peu avant minuit, à Montpellier (Hérault) : quatre jeunes hommes, totalement nus, prenaient un bain dans la fontaine, en plein couvre-feu, sous les fenêtres de la préfecture, rapporte Midi Libre. Cette scène insolite a été filmée, et diffusée sur les réseaux sociaux par une internaute.

Mais ce plouf nocturne, toutefois salué par des sifflets de riverains et des klaxons, n’aura que peu duré : les quatre baigneurs ont été contraints de sortir de la fontaine par des policiers, qui ont été dépêchés sur place.

Ils ont écopé de deux amendes de 135 euros chacun, pour non-respect du couvre-feu et non port du masque, poursuit le quotidien régional.
Image
photos Avatar de l’utilisateur

Posts: 6995
Note: 198

photos Avatar de l’utilisateur

Posts: 6995
Note: 198

Pourquoi les ampoules LED sont plus économiques ?
RTL
Les ampoules LED consomment cinq à six fois moins d’électricité que les ampoules à incandescence. Mais savez-vous pourquoi ?
Réponse 1) Les ampoules LED consomment très peu, car c’est de la lumière froide, comme celle des lucioles. Et avec la lumière froide il n’y a pas de déperdition d’énergie en chaleur.

Réponse 2) Dans une ampoule classique, c’est le passage du courant dans le filament qui se met à brûler qui émet de la lumière. Avec les LED, c’est directement le composant électronique, fait de nitrure de galium indium, qui émet de la lumière.

Réponse 3) Les ampoules à incandescence ont servi à remplacer les bougies, qui nous éclairaient, mais chauffaient aussi la pièce. Comme les LED n’ont plus besoin de chauffer et d’éclairer en même temps, elles consomment moins.

Le filament d'une ampoule à incandescence chauffe à 2500 degrés
La bonne réponse est la réponse 2. Effectivement, la différence entre les ampoules classiques, et les ampoules LED, c’est le composant qui produit de la lumière.
Dans une ampoule classique, on porte à incandescence, d’où le nom, un filament métallique, en tungstène. On allume réellement un feu à l’intérieur de l’ampoule, puisque la température du filament atteint en quelques instants 2500 degrés ! Avec les ampoules halogènes, c’est encore pire, la température peut atteindre 3000 degrés.

Conséquence, une ampoule peut chauffer terriblement : il peut faire plus de 100 degrés à sa surface, 150 degrés avec une ampoule à halogène.
Le résultat, c’est que le rendement énergétique de la lampe à incandescence est catastrophique : 90 % de l'électricité qu’elle consomme est perdue en chaleur. 10 % seulement donne de la lumière.

C’est pour cela que les lampes à LED ont été inventées. Dans une lampe LED, on ne porte pas un filament à 2500 degrés pour obtenir de la lumière. Quand l'électricité traverse le nitrure de galium indium, qui est un semi-conducteur, ce sont directement les électrons qui libèrent des photons, sans passer par la case “feu”. C’est pour cela que les LED émettent naturellement une lumière très blanche, très froide. On utilise donc des filtres pour changer leur couleur.

Bonne nouvelle : les LED continuent à faire des progrès tous les jours. Les ampoules LED fabriquées il y a cinq ans ou même deux ans sont nettement moins performantes et lumineuses que celles d’aujourd’hui, à consommation égale.

En laboratoire, on développe actuellement des ampoules qui éclairent autant qu’une ampoule à incandescence de 60 watts, tout en consommant vingt fois moins !

C’est une très bonne nouvelle quand on sait que l’éclairage représente 20 % de notre consommation d’électricité annuelle...
Image
photos Avatar de l’utilisateur

Posts: 6995
Note: 198

États-Unis : Une rivière teinte en vert pour la Saint-Patrick, à Chicago
CÉLÉBRATION Annulée l’an dernier à cause de la pandémie, la traditionnelle coloration de la Chicago River a finalement été maintenue cette année

20 Minutes
La maire de Chicago (États-Unis) Lori Lightfoot s’est félicitée ce samedi que sa ville ait pu respecter « sa longue tradition » consistant à teindre en vert la Chicago River à l’occasion de la Saint Patrick, rapporte Chicago Tribune. À cause de la crise sanitaire liée au coronavirus, « nous ne nous sommes pas réunis » pour assister à l’opération, a précisé l’édile sur Twitter, souhaitant à ses administrés « un bon week-end de Saint Patrick ».
L’édile avait finalement donné son accord pour que l’évènement ait lieu ce samedi, après qu’il a été annulé l’an dernier pour cause de Covid-19 et de sérieuses hésitations sur son maintien cette année. Elle n’avait cependant pas précisé l’horaire, souhaitant ainsi éviter l’habituel rassemblement d’habitants venus regarder l’eau changer de couleur.

Le défilé a été délocalisé
La maire avait jugé ce type de regroupement peu souhaitable en pleine pandémie. Elle a d’ailleurs délocalisé le défilé de la Saint Patrick dans un autre quartier, traditionnellement organisé chaque année dans le centre-ville. La parade commence habituellement à midi, à proximité du lieu où les bateaux déversent la teinture dans le fleuve à partir de 9 h.

Cette année, le colorant a été disséminé dans la rivière à partir de 7 h 10 afin de limiter tout attroupement. Les berges aménagées pour la promenade ont été fermées tout au long de la journée de ce samedi. Les passants désireux de prendre des photos de la Chicago River vert émeraude ont été invités à ne pas s’arrêter trop longtemps puis à passer rapidement leur chemin.
Un habitant de la ville a évoqué une organisation sous forme de « compromis » permettant « un peu de normalité ». « Je sais que nous sommes à l’orée de quelque chose de formidable, a commenté Lori Lightfoot. Ce jour marque un moment auquel nous allons rouvrir la ville en allant de l’avant tous ensemble ».
Image
morticia

Posts: 9987
Note: 3124

:bob: :bob:
"Sans liberté de blâmer, il n'est point d'éloge flatteur."
photos Avatar de l’utilisateur

Posts: 6995
Note: 198

Elle emprunte un livre pour enfants à la bibliothèque, elle le rend… 63 ans plus tard
OuestFrance

Betty Diamond, une Américaine de 74 ans, vient de restituer un livre pour enfants 63 ans après l’avoir emprunté à une bibliothèque de New York. Toutefois, elle n’est pas seule à rendre un ouvrage avec plusieurs décennies de retard.
Un livre à la couverture rouge, qui raconte les aventures imaginaires d’un personnage mythique du folklore américain, le bûcheron géant Paul Bunyan. Cet ouvrage pour enfants vient d’être restitué à une bibliothèque du quartier du Queens, à New York, aux États-Unis.

Celui-ci a été rendu 23 000 jours après avoir emprunté, soit… Plus de 63 ans.
C’est Betty Diamond, 74 ans, qui a conservé ce livre pendant toutes ces années. Aujourd’hui, elle vit dans la ville de Madison, dans le nord des États-Unis, où elle a enseigné la littérature à l’université, raconte le quotidien américain The New York Times .

Quand elle emprunte l’ouvrage, Ol’Paul , de l’auteur américain Glen Rounds, elle a dix ans et vit à New York. Nous sommes au printemps 1957, la petite fille est déjà passionnée de littérature, et adore se rendre à la bibliothèque.

« J’avais honte »

Elle ramène donc le recueil d’aventures chez elle, le lit, et puis oublie de le rendre, comme cela arrive parfois. Les jours et les semaines défilent et Betty Diamond réalise qu’elle a gardé l’ouvrage plus longtemps qu’elle n’aurait dû.

Pourquoi ne le restitue-t-elle pas ? « J’avais honte de rendre un livre en retard à la bibliothèque », raconte-t-elle encore. Ensuite, Betty Diamond vit sa vie. Elle étudie au lycée puis à l’université. Le livre à la couverture rouge, lui, reste avec elle.

Ol’Paul la suit jusqu’à la ville de Madison, et dort dans les rayonnages de sa bibliothèque. Betty Diamond n’y pense pas vraiment mais, parfois, lorsqu’elle fouille dans ses livres, ses yeux se posent sur la couverture rouge. C’est ce qui la décidera à « faire amende honorable », comme elle dit.
Elle renvoie alors Ol’Paul à la bibliothèque de New York par voie postale, avec une lettre d’explications, et une donation de 500 dollars américains, soit plus de 418 euros. Cette somme couvre largement les pénalités qu’aurait pu lui réclamer l’établissement, souligne le New York Times…

Betty Diamond n’est pas la seule usagère de bibliothèque à rendre un livre avec un retard de plusieurs décennies, indique Nick Buron, bibliothécaire en chef de l’établissement où a été emprunté l’ouvrage en question.

Souvent, les abonnés oublient le volume emprunté, et le retrouvent à la faveur d’un déménagement, par exemple. « Les gens ont vraiment du mal à jeter un livre à la poubelle, explique-t-il au New York Times. Pour moi, cela dit beaucoup de choses sur la valeur que nous accordons à l’écrit. »

Amendes et même prison pour un retard ?

Des histoires semblables à celle de Betty Diamond font régulièrement le tour des médias. Un exemple : en 2016, une retraitée britannique avait déjà rendu un livre avec 63 ans de retard.

Il s’agissait d’un exemplaire de Voyage avec un âne dans les Cévennes de Robert Louis Stevenson emprunté à la bibliothèque d’un lycée de North Walsham, dans l’ouest de l’Angleterre, en 1953. La retraitée s’était platement excusée, et n’avait pas eu à s’acquitter de pénalités, rapportait alors la chaîne de télévision britannique ITV.
Elle a eu de la chance : en 2003, une habitante de la ville de Kewanee, aux États-Unis, a dû payer 345 dollars américains (soit 288 euros) de pénalités pour un livre emprunté à la bibliothèque et rendu avec 47 ans de retard. C’est la plus lourde amende du genre, selon le Livre Guinness des records !

Parfois, les retardataires risquent même la prison. En 2019, une Américaine de 27 ans a été convoquée au tribunal pour des faits de livres non rendus à la bibliothèque. La peine maximale dont elle aurait pu écoper ? 93 jours de détention !

Mais, comme le rapportait ensuite la chaîne de télévision américaine Wilx, les poursuites judiciaires avaient été abandonnées, et la prévenue n’avait été ni condamnée ni emprisonnée.
Image
photos Avatar de l’utilisateur

Posts: 6995
Note: 198

Coronavirus au Brésil : Un élu propose de larguer du gel hydroalcoolique par avion
INSOLITE La proposition de ce conseiller municipal n’est pas passée inaperçue, après que celui-ci a fait sa déclaration en pleine séance parlementaire

20 Minutes
Le conseiller municipal brésilien de la ville de Canela, Alberi Dias, a déclaré ce lundi être en faveur d’une pulvérisation de gel hydroalcoolique par voie aérienne, rapporte le média local Metropoles. Il a fait cette déclaration lors d’une séance parlementaire.


Selon lui, cette opération pourrait être réalisée par avion. « Nous pourrions au moins pulvériser notre ville […] Je ne sais pas s’il existe un gel hydroalcoolique liquide, mais il serait bon de le vaporiser, car le virus est dans l’air », a-t-il ainsi expliqué. Son discours n’a pas manqué de faire rire l’ensemble des élus présents.

Selon lui, cette opération pourrait être réalisée par avion. « Nous pourrions au moins pulvériser notre ville […] Je ne sais pas s’il existe un gel hydroalcoolique liquide, mais il serait bon de le vaporiser, car le virus est dans l’air », a-t-il ainsi expliqué. Son discours n’a pas manqué de faire rire l’ensemble des élus présents.

De nombreux détournements
Selon lui, cette pulvérisation pourrait être réalisée par les airs car de nombreux propriétaires d’avions habitent à Canela. « Ce serait peut-être une idée, car le gel d’alcool ne fait pas de mal », a ajouté l’élu.
Un confrère d’Alberi Dias a dû lui présenter ses excuses, après avoir ri de sa proposition. Mais cette suggestion a également fait réagir sur les réseaux sociaux : des habitants de la ville de cet élu ont notamment partagé des montages où représentant la commune explosant après la pulvérisation.
Image
PrécédentSuivant

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 10 invité(s)