Kikiriki n'est pas Cocorico

Pour se reposer quelques minutes
Page 1 sur 1
Carlbarks Avatar de l’utilisateur

Posts: 13365
Note: 3110

Il était une fois dans une petite ferme, du côté du sud ouest, un pauvre homme qui tournait et se retournait dans le lit.
Il n’avait pourtant pas bu grand chose, ni mangé assez gras pour que la chaucho vieilho vienne le visiter ( la chaucho vieilho est le la sale bête d’enfer qui entre par le trou de la serrure ou par l’interstice dessous la porte de la chambre, se couche sur le ventre du dormeur et se met à peser, à peser. La sale bête vient souvent les soirs de Carnaval, quand il a fallu finir les provisions du garde manger, pour qu’elles ne se gâtent pas durant le carême).

On a bon estomac dans le coin, une soupe, suivie d’un chabrot, c’est normal, on a ensuite le foie gras, puisque c’est la fête, que l’on accompagne avec quelques radis pour se dégraisser la bouche, Vient ensuite le bouilli, qui a servi d’abord à parfumer la soupe. Le boeuf, le veau, il ne faut pas les laisser perdre, avec des cornichons, ça débute bien le repas. On sert ensuite une volaille rôtie, avec des pommes de terre à l’échirlette parce que c’est bon, (je peux vous donner la recette) une salade pour faire glisser, ensuite une tourte aux pommes, arrosée d’un peu d’Armagnac, le café, le pousse café, la rincette, et puis la sur rincette, et enfin le Gloria. Rincette, sur rincette et Gloria, ne sont jamais chacun, que deux doigts d’eau de vie au fond de la tasse.

Bref!

Le pauvre homme se tournait tellement que sa femme s’est réveillée et inquiétée. d’autant que dehors elle entendait des bruits bizarres qui n’étaient pas habituels la nuit : pioches, marteaux, pierres qui roulent.
«Mais enfin qu’est ce qu’il y a, tu n’as pas mangé tant que ça hier au soir».

Enfin, vous savez bien comment sont les femmes : à force de le tarabuster en le cajolant à la fois, en le menaçant de sa mère, le pauvre a fini par avouer.
«je crois bien que j’ai fait une grosse bêtise».
«Mais enfin dis moi ce que c’est» ?

«Eh bien les bruits que tu entends, c’est que le diable est en train de nous construire une maison toute neuve. le malheur dans tout ça c’est que s’il a terminé avant le chant du coq, mon âme sera à lui».

La femme se lève, va à la fenêtre et voit le diable occuper à terminer le toit d’une superbe ferme, juste à côté de chez eux. Les coqs ne risquaient pas de chanter il restait au moins deux bonnes heures de nuit
Alors imitant la voix du coq elle se met à hurler « Kikiriki, kikiriki» le diable lève la tête et se met à ricaner très fort (comme un diable)…
«Tu peux toujours hurler Kikiriki, je t’ai reconnu bonne femme à l’avenir tu sauras que les vrais coqs font cocorico».
Il plaçait ses dernières tuiles en ricanant «kikiriki n’est pas cocorico… kikiriki n’est pas cocorico…

Il riait si fort en faisant tellement de bruit que les vrais coqs de la basse cour, réveillés pour de bon se sont mis à chanter «Cocorico, Cocorico»
Le diable, en jurant, emporta la dernière tuile et rentra chez lui.

Cric Cric moun counto est finit.
Ann Avatar de l’utilisateur

Posts: 650
Note: 283

:clap: Je veux bien la recette des pommes de terre. Rdv en cuisine :;):
Il en va de la cuisine comme des plus belles œuvres de l'art : On ne sait rien d'un plat tant qu'on ignore l'intention qui l'a fait naître.
- Daniel Pennac / Le dictateur et le hamac -
Page 1 sur 1

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 4 invité(s)