Questions existentielles - page 206

Pour se reposer quelques minutes
photos Avatar de l’utilisateur

Posts: 5954
Note: 162

Big Data : L'incroyable modèle mathématique qui pourrait prévoir l'avenir
Gentside
En analysant massivement de données statistiques, deux chercheurs ont réussi à prévoir l'épidémie de choléra qui a touché Cuba en 2012. A terme, leur modèle pourrait aider à prédire le futur.
Et si le passé nous aidait à prédire l'avenir ? D'après Eric Horvitz, codirecteur de la recherche chez Microsoft, et Kira Radinsky, chercheuse à l'institut de recherche israélien Technion, il se pourrait bien que oui. En s'appuyant notamment sur les événements constatés par le passé et les probabilités, ces deux scientifiques ont réussi à prévoir l'épidémie de choléra survenue l'an dernier à Cuba, et qui avait alors surpris le gouvernement et la communauté médicale, rapporte les Echos.
Un modèle mathématique qui prévoit le futur
"Même si, dans le futur, chaque événement survient dans des circonstances particulières, il obéit tout de même à un modèle déjà observé dans le passé", résume Kira Radinsky. Pour mener à bien leurs recherches, les deux associés ont compilé l'intégralité des articles du New York Times et utilisé les ressources de LinkedData, un projet collaboratif du W3C (Consortium World Wide Web) qui met automatiquement en lien des centaines de sources d'informations et établit des correspondances entre des milliards de données. Une fois rassemblées, les données ont été traitées pendant un mois entier, sur une trentaine d'ordinateurs.
L'objectif de la démarche : établir un modèle mathématique permettant de prévoir certains événements, en se basant sur ceux déjà survenus par le passé. Et ces recherches leur ont permis de déduire qu'un territoire enclavé avait plus de chance d'être sujet à une épidémie de choléra après des tempêtes, surtout si ces dernières interviennent après une forte période de sécheresse.
Un marché très rentable
Des épidémiologistes auraient suivi la même logique, mais "un système totalement informatisé traite un nombre de données infiniment plus important, provenant de sources plus diversifiées sur une durée plus longue. En outre, il peut faire une veille en temps réel et produire une alerte si le risque d’un événement se précise" expliquent Kira Radinsky et Eric Horvitz dans un article publié à l’occasion de la conférence Web Search and Data Mining, en février dernier. Et si cette découverte est encore loin d’un scénario de science-fiction à la Minority Report, la méthode utilisée pourrait s’avérer utile, et surtout très rentable pour ses créateurs. En effet, les données personnelles disponibles en quelques clics sur la Toile sont aujourd’hui légion, et leur exploitation à moindre coût est désormais possible, via SalesPredict, la start-up créée par Kira Radinsky – qui figure par ailleurs sur la liste des 35 innovateurs de moins de 35 ans les plus prometteurs du MIT.
ImageImage
photos Avatar de l’utilisateur

Posts: 5954
Note: 162

LePoint
Nucléaire: des méduses arrêtent un réacteur en Suède pendant trois jours
Un réacteur nucléaire suédois a redémarré mercredi matin après trois jours d'arrêt causés par l'accumulation de méduses dans un circuit de refroidissement, a indiqué l'exploitant.
L'incident s'est produit sur le réacteur 3 de la centrale d'Oskarshamn, sur la côte de la mer Baltique. Il n'a pas eu de répercussion sur les consommateurs ni la sécurité.
OKG, filiale de l'allemand EON qui exploite cette centrale, avait annoncé qu'il avait dû arrêter ce réacteur de manière préventive dimanche "à cause de la présence d'un nombre important de méduses dans la prise d'eau de refroidissement".
"La production a repris", a indiqué l'entreprise mercredi dans un communiqué.
Les méduses ont causé des dégâts dans un mécanisme chargé de filtrer l'eau de mer, forçant OKG à en remplacer certaines parties et à nettoyer les canalisations avec de l'eau à haute pression, a expliqué à l'AFP une porte-parole, Emmy Davidsson.
Elle n'a pas pu préciser combien de méduses avaient envahi les circuits de la centrale. "C'est le nombre le plus important que nous ayons jamais vu. Ce n'est pas commun. Tous les automnes nous devons nous débarrasser de méduses, mais pas autant", a-t-elle expliqué.
Oskarshamn 3 est le réacteur le plus puissant du pays, avec 1400 MW.
Ce type d'incident est déjà arrivé dans d'autres centrales en bord de mer, comme celle de Torness en Écosse en 2011.
La pollution, le réchauffement des eaux et la réduction de la biodiversité marine, autant de problèmes qui touchent particulièrement la Baltique, sont cités par les scientifiques comme des facteurs favorisant la prolifération des méduses.
ImageImage
photos Avatar de l’utilisateur

Posts: 5954
Note: 162

Yvonne, 87 ans : on lui retire 80 points sur son permis de conduire qu'elle n'a pas !
Cette habitante du Tarn-et-Garonne reçoit régulièrement des PV pour excès de vitesse depuis 2011. Le problème : Yvonne, 87 ans, n'a jamais passé son permis de conduire, rapporte la Dépêche du Midi.
Depuis deux ans, Yvonne craint d'ouvrir son courrier de peur de trouver, encore, une mauvaise surprise. Elle a reçu plus de 30 procès-verbaux en tout, qui lui vaudrait la perte de 80 points et de 6.000 euros d'amende. Au menu de la série d'infractions qu'elle a commises aux yeux de la loi : des excès de vitesse sur la Côte d'Azur, des stops et des feux rouges grillés...
Mais Yvonne n'a jamais eu de "papier rose » entre ses mains et n'est même pas en capacité de conduire puisque la vieille femme est paralysée de la main droite depuis toujours.
Pourtant il y aurait peut-être une explication à ce malentendu, explique le quotidien. La voiture en question, un utilitaire, aurait la même plaque d'immatriculation que l'ancienne voiture du mari d'Yvonne, déclarée épave il y a une trentaine d'année.
Pour le moment aucun des recours du fils n'Yvonne n'a abouti. Et la retraitée continue de se faire retirer des points qu'elle n'a jamais possédés.
ImageImage
jyld

Posts: 19335
Note: 0

photos a écrit :Yvonne, 87 ans : on lui retire 80 points sur son permis de conduire qu'elle n'a pas !
Cette habitante du Tarn-et-Garonne reçoit régulièrement des PV pour excès de vitesse depuis 2011. Le problème : Yvonne, 87 ans, n'a jamais passé son permis de conduire, rapporte la Dépêche du Midi.
Depuis deux ans, Yvonne craint d'ouvrir son courrier de peur de trouver, encore, une mauvaise surprise. Elle a reçu plus de 30 procès-verbaux en tout, qui lui vaudrait la perte de 80 points et de 6.000 euros d'amende. Au menu de la série d'infractions qu'elle a commises aux yeux de la loi : des excès de vitesse sur la Côte d'Azur, des stops et des feux rouges grillés...
Mais Yvonne n'a jamais eu de "papier rose » entre ses mains et n'est même pas en capacité de conduire puisque la vieille femme est paralysée de la main droite depuis toujours.
Pourtant il y aurait peut-être une explication à ce malentendu, explique le quotidien. La voiture en question, un utilitaire, aurait la même plaque d'immatriculation que l'ancienne voiture du mari d'Yvonne, déclarée épave il y a une trentaine d'année.
Pour le moment aucun des recours du fils n'Yvonne n'a abouti. Et la retraitée continue de se faire retirer des points qu'elle n'a jamais possédés.

80 points sur un permis qui en compte 12! On va encore nous dire que c'est un "bug" informatique! :rolleyes:
photos Avatar de l’utilisateur

Posts: 5954
Note: 162

Les cimetières québécois recherchent de nouveaux morts !
Le Point.fr -
Face au boom de la crémation, les cimetières catholiques québécois connaissent la crise. Une situation jugée critique par les spécialistes du secteur.
Appel aux dons, pages de publicité dans la presse locale, offres promotionnelles... Les cimetières catholiques québécois ne savent plus comment faire pour attirer de nouvelles ouailles. En deux ans, le taux d'inhumations a chuté de 4 %, voire de 30 % dans les plus petits cimetières. Résultat, faute de moyens, les cimetières québécois sont de moins en moins bien entretenus. D'autres sont tout bonnement abandonnés. Une situation qui commence à inquiéter sérieusement nos cousins de la Belle Province.
Face à cette crise inédite, le cimetière de Saint-Eustache, à moins d'une demi-heure de Montréal, a opté pour des encarts publicitaires. "Mais c'est difficile d'expliquer dans une pub les avantages de venir chez nous", précise le responsable du lieu à La Presse, un journal québécois. Du jamais-vu pour ce cimetière qui n'avait presque plus une concession de libre voilà quelques années. Ce désintérêt pour la mise en bière s'explique en partie par la baisse de la pratique religieuse. "L'Église catholique ne s'est pas adaptée à la nouvelle réalité. Elle rebute un peu la clientèle", estime Alain Leclerc, directeur général de la Fédération des coopératives funéraires.
Au Québec, 50 % des morts sont incinérés
L'autre cause, et non des moindres, est le boom de la crémation. Plus de 50 % des morts sont incinérés au Québec. Un regain d'intérêt qui trouve son explication par le faible coût de la crémation et le flou juridique qui l'entoure. "Les gens font tout et n'importe quoi avec les cendres. Ils les emportent chez eux, les laissent à la maison funéraire, les jettent dans les rivières", témoigne, effarée, la vice-présidente de l'Association des cimetières catholiques du Québec. Puisqu'aucune loi n'encadre la dispersion des cendres, une majorité de Québécois jugent "trop cher de payer 200 dollars pour faire creuser un trou", lâche un spécialiste du secteur à La Presse. Ce qui fait dire aux adeptes de l'inhumation : "Les cimetières vivent avec les défunts. S'il n'y a pas de défunts, c'est sûr que ça décline." Le message est clair : les cimetières québécois recherchent des morts pour survivre.
ImageImage
photos Avatar de l’utilisateur

Posts: 5954
Note: 162

Des étudiants protestent contre l'uniforme en assistant nus aux cours
Gentside
Des universitaires hongrois ont décidé de dénoncer le nouveau règlement vestimentaire de leur faculté en se déshabillant tous intégralement pour assister aux cours
En Hongrie, pour contester le nouveau code vestimentaire de l'université de Kaposvar, jugé trop strict, des étudiants ont répondu de la manière la plus "naturelle" en se rendant tous en cours le jeudi suivant en costume d'Ève et d'Adam. Le directeur de cette université du sud-ouest de la Hongrie ne s'imaginait certainement pas qu'il susciterait une telle vague d'opposition en introduisant ce nouveau code vestimentaire. Ces nouvelles règles stipulent entre autre l'interdiction de porter des shorts pour les hommes, des jupes pour les femmes, les tongs ou encore les débardeurs. Ce n'est donc pas un uniforme qui est mis en place, mais plutôt des règles strictes et restrictives.
Des règles jugées rétrogrades
Dans cette nouvelle charte du vêtement, les décolletés sont également bannis et les filles sont très largement poussées à boutonner leurs chemisiers. Le maquillage et le parfum doivent être aussi restreints. Aux examens de fin de semestre, "les jupes doivent être élégantes et les cravates conservatrices, chemise claire et veste foncée étant la tenue imposée aux jeunes gens", explique 20 Minutes. Les ongles et les cheveux doivent être coupés et les cheveux être toujours propres. En réponse à ce code du vêtement militaire, les jeunes ont organisé aujourd'hui une manifestation en maillot de bain et peignoir. Ils sont donc opté pour une contestation moins dénudée.
Tous nus dans la rue
Les manifestations nues sont d'ailleurs en vogue depuis quelques années. Largement portée par les Femen, cette technique de protestation s'avère être un choix efficace pour véhiculer et revendiquer un message. Ainsi, en mai 2012 au départ de la Place Émilie-Gamelin à Montréal, on pouvait entendre scander les slogans suivants : 
"Un peuple tout nu, jamais ne sera vaincu". Ce nouveau leitmotiv se décline à l'infini pour combattre la crise, les abus sexuels, la fourrure, la liberté de la presse.
ImageImage
photos Avatar de l’utilisateur

Posts: 5954
Note: 162

À New York, une école de bébés DJ
Le Point.fr -
Avec des chansons comme "Voilà pourquoi Papa aime le disco" et des équipements modernes, une professeur enseigne aux moins de trois ans la musique électro.
Le yoga pour bébés vous semble démodé et les comptines carrément antédiluviennes ? Une nouvelle mode new-yorkaise trouvera peut-être grâce à vos yeux, celle de l'école pour bébés DJ. C'est l'idée, à Brooklyn, de Natalie Elizabeth Weiss, elle-même DJ, compositeur et auteur de pièces de théâtre. Elle offre des sessions de huit séances pour apprendre aux bébés le hip-hop, le mixage et, pour les meilleurs, la guitare imaginaire.

À New York, où la compétition est féroce dès les années de maternelle, rien n'est trop beau ni trop cher pour certaines familles. Ses clients sont des couples aisés de Brooklyn, prêts à tout pour aider au développement de leur progéniture. "Les parents adorent ça. Ils en sont dingues, ils veulent tous que leurs amis viennent. La fréquentation de mes cours grossit à vue d'oeil", explique-t-elle.

Avec des chansons comme Voilà pourquoi Papa aime le disco et des équipements modernes de DJ, elle enseigne aux moins de trois ans la musique électro, le hip-hop et la house music. Ou encore elle leur explique comment être en rythme et créer des samples de musique funky. "Bébés DJ, levez les bras, allez, allez", rappe Natalie Elizabeth Weiss au début de la leçon à laquelle participent cinq tout-petits, assis ou trébuchant sur des tapis dans une boutique de vêtements vintages et de disques vinyles.

Certains enfants sourient, semblent intéressés. Les parents les aident à lever les bras en rythme avec la musique. Mme Weiss estime que les comptines traditionnelles ne les stimulent pas assez. Elle leur offre donc des rythmiques plus prenantes et la possibilité de mixer des chansons. "Ce sont de vrais génies", commente-t-elle à une chaîne de télévision locale venue filmer les petits prodiges.

Nombreuses possibilités d'apprentissage

Les enfants, visiblement, aiment pousser les boutons de sa platine DJ, mais peinent à rester concentrés durant le cours de 45 minutes. "Essayons le mouvement des bras disco", crie Natalie Weiss. Un tout-petit se gratte le nez, un autre jette un disque sur le sol. Les parents, eux, sont fascinés. Alexis Langsfeld, mère de la petite Ellie de 20 mois et médecin à temps partiel, est emballée : "Cela combine l'exploration du monde, la physique et la musique", remarque-t-elle. Sa fille est encore trop jeune pour commencer le violon ou les cours de musique traditionnels. Elle est donc ravie de cette école de bébés DJ.

"Il s'agit de glisser et pousser, tout cela a beaucoup de sens", estime-t-elle, contente de la possibilité pour les enfants de faire "leur propre musique".

Warren Bernard, professeur d'art, est venu avec Charles, 22 mois, pour son deuxième cours. "Je me suis dit : des classes de DJ pour bébés, allons voir ce que c'est", confie-t-il. "Les gens emmènent leurs enfants à des cours de natation... Il y a pire pour un bébé", ironise-t-il. Natalie Weiss, qui a déjà créé des ateliers d'électroniques pour des enfants plus grands, a eu l'idée de cette école de DJ pour bébés après avoir montré au fils d'une amie comment marchait sa platine. Le petit garçon est devenu l'un de ses élèves les plus enthousiastes.

"Je lui ai montré les bases, il a compris comme ça", dit-elle en claquant des doigts. "Il travaille déjà avec les boutons et manettes de tous ses jouets. Ce n'est pas plus compliqué de pousser le bouton du volume que de pousser un petit train en bois sur ses rails." Céleste Kidd, maître de conférences spécialiste du cerveau et des sciences cognitives à l'Université de Rochester, estime que faire de la musique offre aux enfants beaucoup de possibilités.

"Les jeunes enfants sont généralement très bons pour identifier les activités qui conviennent le mieux à leurs besoins de développement", explique-t-elle. "Il y a de nombreuses possibilités d'apprentissage dans le jeu musical, y compris dans le fait de jouer au DJ, si un enfant s'y intéresse et si quelqu'un est prêt à prêter son équipement à un tout-petit", ajoute-t-elle.
ImageImage
photos Avatar de l’utilisateur

Posts: 5954
Note: 162

Le pilote fait un malaise, le passager assure l'atterrissage
Reuters
LONDRES (Reuters) - Le passager d'un petit avion de tourisme a réussi à faire atterrir l'appareil dont le pilote a été victime d'un malaise en plein vol, a-t-on appris mercredi auprès d'un aéroport anglais.
Le pilote du Cessna 172 s'est senti mal mardi soir alors que le monomoteur s'apprêtait à rejoindre l'aérodrome de Sandtoft, près de Doncaster, dans le nord-est de l'Angleterre, après une journée de vol.
Ayant reçu un message de détresse, le personnel de cet aérodrome a décidé de détourner l'appareil sur l'aéroport voisin de Humberside, plus important, où un instructeur a été mobilisé pour guider l'unique passager, a expliqué un porte-parole de l'aéroport.
"Je vous laisse imaginer la situation: il commençait à faire nuit, cet homme devait avoir en tout et pour tout une demi-heure de pilotage derrière lui, il n'avait jamais fait atterrir un appareil, il est assis sur le mauvais siège -en d'autres termes, les cadrans de contrôle ne sont pas face à lui- et il doit faire se poser l'engin", a résumé le porte-parole.
Le pilote néophyte a réussi à poser l'avion en toute sécurité, sans s'écraser, après quelques survols de l'aéroport.
Roy Murray, l'instructeur qui l'a guidé depuis la tour de contrôle, a même déclaré sur la BBC qu'il s'agissait d'un "bel atterrissage".
Le pilote étant décédé par la suite, une enquête sera ouverte pour déterminer les causes de sa mort, a indiqué la police.
ImageImage
photos Avatar de l’utilisateur

Posts: 5954
Note: 162

La BBC truque ses documentaires animaliers
Francetv info
Pour les amateurs de documentaires animaliers, un mythe se fêle. Doug Allan, un cameraman expérimenté de la BBC révèle que la chaîne britannique truque les scènes de ses documentaires animaliers "tout le temps", comme le rapporte le Dailymail (article en anglais). Elle est pourtant très réputée pour ses productions.
Il y a deux ans, déjà, un documentaire de la BBC, Frozen Planet (La planète gelée), avait suscité des interrogations. Son réalisateur s'était défendu en expliquant que tourner un documentaire était pour lui comme faire des films de fiction. Et pour cause, des prises de vues montrant la naissance d'ours polaires avaient été réalisées dans un zoo néerlandais. Bref, une mise en scène dont la BBC avait parlé très discrètement avant de sortir le film.
Mais le cameraman a décidé d'en dire plus lors d'un festival de littérature au Royaume-Uni. D'après lui, ces pratiques sont courantes à la BBC, notamment pour les animaux dangereux ou très petits. Et il les défend : "Vous ne pouvez pas faire un film sur les souris juste en sortant dans une prairie et en les regardant. Vous devez les introduire dans un ensemble construit où elles se sentent bien. Et cela demande de nombreuses compétences". Le cameraman Doug Allan estime que la BBC n'aurait pas dû s'en cacher : "Soyez en fier et je pense que les gens se sentiront moins floués".
ImageImage
photos Avatar de l’utilisateur

Posts: 5954
Note: 162

LES SEINS N'AURONT PLUS DE SECRETS POUR VOUS
Grazia
Ah, les seins : ils fascinent, ils intriguent, on les envie, on les cache ou on les montre... Mais les connait-on si bien que ça ? Voilà 14 faits pour se familiariser avec sa poitrine.
1 - La taille de seins naturels la plus large est du 102ZZZ. L'heureuse propriétaire de ces boobs est Annie Hawkins-Turner, une Américaine de 54 ans. Et c'est très impressionnant.
2 – Les orgasmes mammaires existent : certaines femmes sont capables de jouir par la seule stimulation de leurs mamelons...
3 – Leur taille varie de jour en jour (et même de minute en minute). Durant les règles, certaines femmes gagnent même une taille de bonnet en plus.
4 – Le sein gauche est souvent plus gros que le sein droit. « Il est tout à fait normal que des femmes aient un sein plus gros que l'autre. Et pour 65 % d'entre elles, généralement, c'est le sein gauche », explique Jenna Pincott, auteur de Les hommes préfèrent vraiment les blondes. Et chez vous, lequel prend le dessus ?
5 – Il y a quatre types de tétons différents :
- Les tétons « normaux » : ils dépassent de l'aréole de quelques millimètres. Là, rien à signaler.
- Les tétons « plats » : ils dépassent lorsqu'ils sont stimulés ou lorsqu'il fait froid. Mais sinon, le reste du temps, ils ne sont pas proéminents.
- Les tétons « bouffis » : ils ont une aréole qui se soulève légèrement.
- Les tétons « inversés » : ils sont essentiellement tournés vers l'intérieur. Ce qui peut surprendre quelques garçons lorsqu'ils en voient pour la première fois. Qu'ils se rassurent, les tétons inversés sont des tétons comme les autres.
6 – Certaines Japonaises peuvent en avoir un troisième : pour des raisons génétiques inconnues au bataillon, une Japonaise sur vingt naît avec un troisième sein. Intéressant. Ce n'est pas un vrai sein à proprement parler mais une sorte de mamelon.
7 – Les seins sont la première chose qu'un homme regarde chez une femme, selon une recherche effectuée par l'université Victoria de Wellington.
8 – L'Angleterre est le pays européen où les femmes ont les plus gros seins. Suivi de près par le Danemark et les Pays-Bas.
9 – Aux États-Unis, les femmes ont le droit de sortir topless dans plusieurs États : le Maine, New York, l'Ohio, le Texas et Hawaï.
10 – 5 % des nouveaux nés produisent du lait jusqu'à deux mois après la naissance. Garçons et filles. Oui, c'est un peu bizarre.
11 – Une opération de chirurgie mammaire classique coûte environ 2 800 euros. Pour le même prix, on pourrait s'offrir... un très joli sac Chanel. Que choisir ?
12 – Chaque année, l'industrie du soutien-gorge rapporte à peu près 12 billions d'euros. Ça en fait des sous-vêtements achetés...
13 – Fumer favoriserait le relâchement de la peau des seins. Donc pour éviter d'avoir une poitrine en gants de toilette, mieux vaut éteindre sa cigarette...
14 – Les seins tuent. Chaque année, 1 Française sur 10 meurt d'un cancer du sein. Des statistiques révèlent également qu'entre neuf et dix Françaises y développent un cancer au cours de leur vie.
ImageImage
photos Avatar de l’utilisateur

Posts: 5954
Note: 162

Une fusée à l'énergie nucléaire pourrait permettre d'aller sur Mars en 90 jours
Gentside
Des chercheurs américains affirment avoir trouvé un moyen de faire marcher une navette spatiale à l'énergie nucléaire. Un tel procédé permettrait de se rendre sur Mars en à peine trois mois.
Les premiers humains à aller sur Mars voyageront-ils à bord d'un vaisseau propulsé à l'énergie nucléaire ? Si l'idée peut paraître totalement saugrenue, elle serait aussi tout à fait envisageable. D'après les chercheurs de MSNW - une société travaillant notamment sur les diverses méthodes de propulsion spatiale - de récents essais en laboratoire ont prouvé qu'un dispositif basé sur la fusion nucléaire permettrait de rallier la planète rouge en à peine 90 jours. Selon leur rapport, cette technologie pourrait voir le jour d'ici quelques décennies.
"C'est une réalité fondamentale" a assuré Anthony Pancotti, chef d'équipe chez MSNW, lors d'une conférence organisée en collaboration le FISO, un groupe de travail rassemblant des membres de la NASA, de l'industrie spatiale ainsi que des chercheurs dans différentes disciplines liées aux vols habités. "La fusion se produit dans le soleil, mais elle est aussi dans nos laboratoires", explique-t-il, relayé par Live Science.
Le nucléaire pour lutter contre les risques sanitaires
Avec les technologies actuelles, un aller-retour pour Mars prendrait environ 500 jours. Or, passer autant de temps dans l'espace pourrait s'avérer extrêmement risqué pour la santé des astronautes, qui seraient exposés à beaucoup de radiations et devraient suivre un programme de préparation très long pour limiter leur perte musculaire et osseuse. C'est pourquoi la NASA réfléchit depuis plusieurs mois à un système de propulsion plus rapide, pour pouvoir emmener des gens sur la planète rouge en minimisant les risques sanitaires.
Ce nouveau système, dont la réalisation a été confiée à une équipe du MSNW dirigée par John Slough, de l'Université de Washington, fait partie du programme NASA Innovative Advanced Concepts (NIAC). Pour l’heure, sa réalisation consisterait en la fusion de deutérium et de tritium – deux isotopes "lourds" de l'hydrogène et contenant par conséquent des neutrons. Le plasma résultant de ce savant mélange serait envoyé sous forme de bulles dans une chambre, où un champ magnétique les comprimerait. L’énergie libérée par la réaction chimique vaporiserait alors le métal de l’arrière de la carlingue, et créerait un mouvement de poussée. Des panneaux solaires suffiraient à initier cette réaction. Un grand pas en avant prévu pour 2014 D’après Anthony Pancotti, il n’y aurait aucune raison de douter de la faisabilité d’un tel procédé. "C'est probablement le système le plus simple et direct, la façon la moins coûteuse d’arriver à une fusion-propulsion […] La physique fondamentale en a fait la preuve lors des essais en laboratoires. Avec le bon matériel, des neutrons ont été produits. Il faut désormais construire un dispositif adéquat." Durant la conférence, il a également précisé que les chercheurs essayaient actuellement de prouver qu’une telle fusion pouvait être réalisée à une échelle suffisante pour propulser une fusée. Ces derniers espèrent franchir un grand pas dans leurs expérimentations en 2014.
ImageImage
Observateur

Posts: 51294
Note: 7383

Vous voulez être tranquille chez vous ? Faites comme Mark Zuckerberg : achetez les propriétés autour de la vôtre. Si vous en avez comme lui les moyens...

Le fondateur et PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, a déboursé 30 millions de dollars pour acheter quatre maisons jouxtant sa propriété à Palo Alto, en Californie, dans l'intention de protéger sa vie privée.
Explications.
A la tête d'une des plus grandes fortunes mondiales, estimée à 19 milliards de dollars et en progression constante ces dernières années, Mark Zuckerberg peut se permettre beaucoup de choses. Récemment, le cofondateur et président-directeur-général de Facebook n'a ainsi pas hésité à mettre la main à la poche dans le domaine de l'immobilier. D'après le San Jose Mercury News, Zuckerberg aurait ainsi déboursé un total de 30 millions de dollars pour racheter quatre maisons appartenant à ses voisins, à Palo Alto en Californie.
Pourquoi avoir fait un tel achat ? Le PDG de Facebook serait-il atteint de la folie des grandeurs et aurait-il l'intention d'agrandir considérablement sa propriété, qui s'étend déjà sur 5 000 mètres carrés ? Pas du tout, à en croire le San Jose Mercury News, qui assure que le multi-milliardaire va louer ses nouvelles acquisitions aux familles qui y habitaient déjà, sans apporter la moindre modification. Dans cette opération immobilière, la motivation de Mark Zuckerberg serait en fait tout simplement de protéger sa vie privée. Selon une source proche du dossier, citée par le San Jose Mercury News, celui qui fut élu en 2010 "Personnalité de l'année" par le magazine Time aurait pris cette décision en réponse aux velléités d'achat d'un promoteur immobilier. Celui-ci voulait racheter les quatre maisons en question pour les détruire, puis pour construire un complexe immobilier et utiliser ensuite la proximité de Zuckerberg comme argument de vente. Le PDG de Facebook veut protéger sa vie privée La manœuvre, émanant de la société Iconiq Capitals, basée à San Francisco, n'a donc pas échappé à Mark Zuckerberg, qui a choisi de répondre avec ses (immenses) moyens. Résultat, les quatre propriétés ont été vendues à un prix "absurdement haut", selon un agent immobilier local, mais le PDG de Facebook va pouvoir préserver la tranquillité de son voisinage. Difficile, tout de même, de ne pas remarquer l'ironie de la situation. Zuckerberg a souvent été accusé de capitaliser peu scrupuleusement sur la vie privée des utilisateurs de son site, et les dernières nouvelles en ce sens sont loin d'être rassurantes. Mais lorsque sa propre vie privée entre en jeu, le chef d'entreprise de 29 ans n'hésite pas à employer les grands moyens. La vie privée de Mark Zuckerberg aurait-elle plus d'importance que celles de ceux qui ont fait sa fortune ?
Source
photos Avatar de l’utilisateur

Posts: 5954
Note: 162

La tragique histoire de John Jackson, mort d'une overdose de bonbons à la menthe
Gentside
Survenu en mai dernier, le décès accidentel de John Jackson, un Anglais de 40 ans, serait lié à une overdose de caféine, due à la prise de bonbons énergétiques à la menthe. C'est du moins la conclusion du médecin légiste, qui a décidé d'alarmer l'opinion publique sur les dangers des bonbons en question.
Le 2 mai dernier, la vie de John Jackson, peintre et décorateur à Darlaston, près de Birmingham (Angleterre), s'est brusquement achevée. Le corps inanimé de ce Britannique de 40 ans a ainsi été retrouvé chez lui par sa conjointe. A l'époque, Robin Balmain, le médecin légiste chargé de l'autopsie, avait enregistré le décès comme "accidentel", mais quelques mois après les faits, ce dernier est sorti de sa réserve pour évoquer les véritables causes de la mort de John Jackson.
"M.Jackson ne savait pas qu'il s'exposait à un danger"
D'après des informations publiées par The Independent, Robin Balmain a révélé devant un tribunal que John Jackson aurait en fait succombé à une overdose de caféine, après avoir ingurgité des bonbons énergétiques à la menthe, de la marque Hero Instant Energy Mints. Ce type de confiserie, pas encore commercialisé en France, se présente comme une alternative aux boissons énergétiques de type Red Bull, et contient effectivement une quantité de caféine (80 milligrammes) équivalente à ce que l'on peut trouver dans une canette de boisson énergétique.
"Il me semble que les autorités doivent être au courant de cela, a commenté Robin Balmain, cité par The Independent. C'est à eux de prendre des mesures. Cette situation est potentiellement dangereuse. Je suis aussi certain qu'on peut l'être que M.Jackson ne savait pas qu'il s'exposait à un danger." Les conclusions du médecin légiste ont été appuyées devant le tribunal par une enquête menée par une pathologiste, le docteur Dragana Cvijan. Celle-ci a notamment affirmé que les analyses avaient mis en évidence la présence de 155 mg de caféine dans l'organisme de John Jackson au moment de sa mort. Rangés dans le même rayon que les bonbons ordinaires En proie à des problèmes d'alcoolisme, John Jackson souffrait d'une cirrhose au foie qui a pu empêcher son système digestif de fonctionner normalement, mais le docteur Cvijan est catégorique : ce sont bien les bonbons à la menthe qui sont à l'origine du décès. "A ma grande surprise, ce décès n'a pas été directement causé par la cirrhose, mais par une overdose de caféine, a-t-elle expliqué dans des propos repris par The Independent. L'autopsie a montré des traces d'autres drogues, mais dans des très petites quantités. C'est la première fois dans ma carrière que je rencontre un cas d'overdose de caféine. Cela a été confirmé par des experts dans ce domaine. La quantité trouvée était vraiment énorme, et en accord complet avec la thèse d'une mort causée par un excès de caféine dans le sang." Choquée, la belle fille du défunt a demandé publiquement à ce que les bonbons incriminés soient retirés de la vente. "Sur la boîte, il est écrit qu'une tablette est égale à une canette de boisson énergétique, a déclaré Rebecca Court. C'est incroyable, ils sont rangés dans le même rayon que les bonbons ordinaires !" La marque, elle, a déjà commencé à préparer sa défense, dans un communiqué publié sur son site internet. "Toutes nos pensées et nos condoléances vont à la famille et aux amis de M.Jackson. Toute l'équipe de Hero Energy a évidemment été attristée par la nouvelle de cet incident isolé. Chez Hero, nous comprenons bien les risques de la consommation de caféine. De ce fait, nous parlons beaucoup de ces risques et nous les soulignons à chaque fois que nous en avons l'occasion. Nous avons beaucoup de consommateurs satisfaits, leur santé et leur sécurité est très importante pour nous."
ImageImage
photos Avatar de l’utilisateur

Posts: 5954
Note: 162

Les fous du volant allemands s'en tirent mieux que les Français
Le Point.fr
Jeudi, une vaste opération de contrôle visait à faire ralentir les automobilistes. Mais les amendes en cas d'infraction restent bien légères.
Cela en valait-il vraiment la peine ? Près de 15 000 policiers allemands ont été mobilisés, jeudi dernier, pour lancer la première campagne nationale de lutte contre les fous du volant. Pendant 24 heures, 8 700 radars ont surpris, le pied sur la pédale d'accélérateur, 83 000 automobilistes trop pressés, ce qui représente à peine 2,8 % du nombre de voitures contrôlées. Ce chiffre inférieur à la moyenne montre que la publicité faite autour de cette opération a encouragé les conducteurs à ralentir.
À Postdam, à peine 4 326 des 178 000 véhicules observés roulaient trop vite et à Berlin, seuls 2 746 des 78 500 chauffeurs ont été verbalisés. La police de Hambourg s'est, quant à elle, félicitée de la chute de 50 % du nombre d'accidents routiers durant cette journée particulière que nos voisins ont appelée "blitz marathon". Pourtant, la "peur du gendarme" ne devrait pas être aussi forte en Allemagne qu'en France. Car si l'Europe se targue d'harmoniser ses lois, la sécurité routière a longtemps été la grande "oubliée" de Bruxelles. Les flashs des radars ne sont ainsi pas aussi aveuglants dans tous les pays membres de l'UE.
Sévérité française
L'Allemagne est décidément bien le paradis des amateurs de grosses cylindrées. Les deux tiers du réseau autoroutier du pays, qui couvre la bagatelle de 12 845 kilomètres, n'imposent déjà aucune limitation de vitesse. Mais même sur les portions bitumées où la réglementation oblige à la prudence, les contrevenants s'en tirent encore à bon compte. Voyez plutôt... Dans les rues limitées à 50 km/h, un excès de vitesse inférieur ou égal à 10 km/h est réprimandé chez notre voisin par une amende de... 10 euros. En France, le tarif unique pour une telle infraction est de 68 euros accompagné du retrait d'un point sur le permis de conduire. Si vous conduisez dans un village de Saxe ou de Sarre 20 km/h trop vite, votre contravention atteindra, pour sa part, 35 euros contre 135 euros et le retrait de deux points dans l'Hexagone. Et sur une nationale, un conducteur flashé à 100 km/h sur une portion limitée à 50 km/h devra payer en République fédérale 120 euros et perdre 3 points, alors que dans notre pays, un tel excès est synonyme d'une amende forfaitaire de 135 euros, d'un retrait de 4 points, de la suspension du permis de conduire pour une durée de trois ans ainsi que de la... confiscation du véhicule.
Mauvaise surprise
Ces différentes législations couplées à la difficile coordination des autorités des pays européens encouragent de nombreux automobilistes à "appuyer sur le champignon" sitôt la frontière passée. L'été dernier, plus de 100 000 vacanciers belges ont ainsi été pris en excès de vitesse sur les autoroutes françaises. Si tous ces contrevenants n'ont pas réalisé les "prouesses" de ce couple de sexagénaires qui s'est fait flasher à 226 km/h sur l'A31 au volant de sa Jaguar, ils ont, par contre, tous eu la mauvaise surprise à leur retour de découvrir un P-V dans leur boîte aux lettres. Mais si la Belgique et la France collaborent très bien dans le secteur de la sécurité routière, ce n'est pas le cas de tous les pays membres de l'UE.
Ce manque est toutefois en passe d'être comblé. Les 27 ont en effet jusqu'au 7 novembre pour transposer dans leur droit national la directive européenne du 25 octobre 2011 visant à faciliter les poursuites à l'encontre des automobilistes qui commettent des infractions routières dans un autre pays européen. En France cette transposition est effective depuis le 17 juillet dernier. Chauffards, vous voilà prévenus...
ImageImage
Isabel Avatar de l’utilisateur

Posts: 17337
Note: 3017

Cher Photos si les Allemands ne sont pas aussi taxés quand ils commettent des infractions il faut reconnaitre qu'ils sont autrement plus respectueux des règles sur route. Toutes les autoroutes ont des portions où la vitesse est limitée et je peux vous assurer qu'ils respectent cette limitation pour en avoir plusieurs fois fait l'expérience. De même ne vous avisez pas de vous arrêtez devant un passage clouté pour papoter toutes les voitures s'arrêtent et vous attendent... Imaginez un peu en France... De retour d'Allemagne une voiture nous est rentrée dedans en France car nous avions respecté le passage clouté pour une maman et son bébé! Un monde entre nos deux pays!!!
PrécédentSuivant

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 4 invité(s)